Snatch

Par défaut

SnatchEn 1998 sortait Lock, Stock and Two Smoking Barrels (Arnaques, Crimes et Botanique), véritable petite bombe lachée dans le paysage morne du cinéma britanique dans le coma de nouveaux talents depuis Trainspotting. Guy Ritchie scénariste et réalisateur, sortit des clips éléctro-undeground, a donné un bon coup de pied aux clichés du film de gangster comique; d’un point de vue visuel d’abord avec une esthétique tout simplement trop classe, malgré un budget minuscule. Ritchie, en plus d’être un metteur en scène clairement doué, et doublé d’un scénariste hors-pair peignant des personnages aussi variés que délirants, baignant dans une intrigue en puzzle qui noie le spectateur dans les bas-fonds de Londres. Bref, le pied. Tellement que mr Pitt (Brad pour les intimes) ayant vu le film a de suite proposer (et quand Brad propose, on dispose) de participer au prochain film du sieur Ritchie, quel que soit le rôle (il faut dire que dans ses films il n’y a pas de second rôle).

Alors c’est peu dire qu’on l’attendait au tournant. Et bien examen réussi, et largement! Snatch laisse l’impression que le premier film en était le brouillon et que ça aurait été ce film qu’il aurait fait avec un budget conséquent. Le résultat: une heure et demie de répliques qui tuent, de personnages aussi débiles et primaires les uns que les autres, une peinture hilarante des communautés les plus louches de Londres (vous savez: Fish, Chips, Junk Food, Mary Poppins): des juifs diamantaires aux gitans irlandais! Et un scénario tout aussi labyrinthique et percutant. Point de vue mis en scène, « c’est une grand claque dans la gueule » comme dirait Annie Cordy… Un clip hyper stylé et hallucinant du début à la fin. Brad Pitt, puisqu’on doit en parler : et bien le moins que l’on puisse dire c’est qu’il sait mettre son égo de côté! A savoir jouer un second rôle (même s’il n’y a que ça) de gitan irlandais à l’accent incompréhensible pour un salaire ridicule (par rapport aux 20 millions de $ par films qu’il touche habituelllement)… bon, il peut se le permettre. Ceci-dit, son interprétation est à l’égal de toute les autres, hilarante et subtile à la fois. Et c’est avec un vrai plaisir que l’on retrouve Benicio del Toro en braqueur/joueur, ainsi que Jason Statham et Vinnie Jones (du premier opus) ainsi que Alan Ford en grand truand éleveur de cochons et Alan Ford. Allez le voir! Allez le voir! Allez le voir! Allez le voir! Je vous aurais prévenus…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s